Articles marqués avec ‘journalisme’

Medi@lumni: que sont-ils devenus ?

Écrit par AudeR. Publié dans Actualité, Medi@lumni

Bannière Medi@lumni

Medi@lumni est un projet qui vise à faire découvrir aux étudiants les métiers de la communication et du journalisme via l’expérience des alumni du master. Plongée au coeur des jobs de communicants. 

La communication, c’est un secteur varié et les possibilités de travail y sont nombreuses. Pourtant, il n’est pas toujours facile pour les étudiants de se représenter concrètement leur avenir. Le projet Medi@lumni vise donc à créer un panorama des débouchés professionnels après le master en journalisme et communication de l’Université de Genève.

Des fiches métiers dynamiques

La première étape du projet est la création de « fiches métiers » inspirées des réponses des alumni à un questionnaire qui leur a été soumis. Ces fiches permettront de découvrir une dizaine de métiers variés allant d’attaché de presse à chargé de communication digitale.

Des interviews vidéos

La deuxième phase du projet est constituée d’interviews vidéos de quatre alumni qui racontent leur quotidien  au travail. De judicieux conseils pour se lancer dans la vie professionnelle! A découvrir le 12 avril 2017 sur la page Facebook du projet.

Interview Chantal Mathez

L’équipe de Medi@lumni en plein tournage avec    Chantal Mathez de Senger, journaliste à Bilan

 

Laurane Briguet, Camille Lake et Aude Raimondi

Humans of UNIGE : Medi@Lab sous toutes ses coutures

Écrit par solene.m. Publié dans Actualité, Etudiants, Humans of UNIGE, Medi@Lab, Medias sociaux, projet, Projets

humans1Quatre étudiants du Master en Journalisme et Communication de Medi@Lab ont lancé le projet Humans of UNIGE au sein de l’Université de Genève. Une manière de présenter les différents aspects de la communication. Le projet met en exergue notamment les aspects rédactionnels, créatifs, les relations interpersonnelles, l’utilisation de médias traditionnels et numériques et différentes stratégies de communication

Les stéréotypes mènent souvent la vie dure aux métiers de la communication. L’imaginaire va souvent dans le sens d’un communicant avide d’argent et très peu éthique. Le projet Humans of UNIGE veut casser ces visions néfastes et montrer l’aspect pratique de différentes techniques souvent utilisées dans la communication.

Un but humain

Le but du projet Humans of UNIGE est d’humaniser l’Université de Genève. L’institution comporte plus de 16’000 individus venant d’horizons totalement différents. Il semble très important au projet de cultiver cette diversité qui fait la force de l’Université. C’est pour cette raison que les quatre étudiants ont décidé de récolter de petites anecdotes auprès des différents acteurs de l’Université. C’est une manière de mettre un visage sur une histoire, de remettre l’humain au centre. Les étudiants espèrent qu’à travers ce projet, ils ont pu donner un peu de chaleur à ces murs qui peuvent paraître parfois un peu froid et créer un sentiment d’appartenance à une communauté.

Une histoire que l'on peut retrouver sur la page Facebook de Humans of Unige

Une histoire que l’on peut retrouver sur la page Facebook de Humans of Unige

Des techniques apprises en cours

Pour l’élaboration du projet, les quatre étudiants du Medi@Lab ont dû faire appel à des techniques apprises en cours. Tout d’abord, il a été de leurs devoirs de gagner la confiance de leurs interlocuteurs souvent réticents à se confier. Il a fallu les convaincre d’accepter de témoigner et les rassurer. Ils n’ont donc pas eu peur d’aller au contact des autres et ont dû être très sociables. Ensuite, une photo devait être prise. Un point important qui fait appel à un esprit créatif.

Une fois l’interview fini, le travail commence tout juste pour les étudiants. Il leur faut maintenant travailler un texte qui s’inspire des techniques de storytelling afin qu’il soit intéressant et esthétique tout en conservant l’esprit de l’interviewé. Une fois ceci réalisé, place aux stratégies de communication. Les histoires de Humans of UNIGE se trouvent sur trois plateformes numériques différentes. A savoir, Tumblr, Instagram et Facebook. Ce projet a été l’occasion de s’essayer à ces différents médias et de mettre en place des techniques afin de capter l’attention des internautes. Les étudiants ont aussi utilisé les médias traditionnels, à savoir des affiches. Quatre modèles différents ont été placardés dans les bâtiments universitaires. Les affiches contenaient une phrase « choc » du type : « C’est qui lui ? » et l’adresse du Tumblr du projet. Le but de cette initiative est de susciter la curiosité du lecteur, pour avoir son attention afin qu’il aille sur la plateforme pour découvrir le projet.

Le projet Humans of UNIGE se veut englobant. Il remporte aujourd’hui un succès auquel les étudiants de Medi@Lab ne s’attendait pas. La page Facebook du projet comporte plus de 1200 adhérents. Le projet a même eu droit à un article dans le 20 minutes. Une belle visibilité offerte au Master en Journalisme et communication, ainsi qu’une manière de montrer les aspects pratiques des cours. Une opportunité également de mettre à l’honneur la diversité de l’Université de Genève.

Liens utiles

Projet PointComm: e-magazine étudiant de Medi@LAB Genève

Écrit par amy.b. Publié dans e-Magazine PointComm, e-magazine PointComm

Logo PointComm

PointComm: le nouveau e-magazine qui fait le point sur la communication

L’institut Medi@LAB de l’Université de Genève présente son nouveau e-magazine institutionnel. Intitulé PointComm, ce magazine court, informatif et ludique aborde la communication de façon accessible et présente le Master de Medi@LAB.

Créé par 3 étudiantes du Master en journalisme et communication: Amy Berthomeaux, Garance Aymon et Samira Trabelsi, PointComm est un e-magazine de 12 pages. Ce dernier est divisé en deux parties, selon les sujets abordés. Une première partie porte sur une présentation générale de la communication avec un bref tour d’horizon de quelques cas de communication internationaux et un focus sur la communication en Suisse romande. La deuxième partie porte uniquement sur le master de Medi@LAB et présente ses diverses caractéristiques du point de vue des étudiants. Dans PointComm, vous trouverez des articles qui vont de « Donald Trump : big buzzer » à « Journée type d’un étudiant » en passant par « Cinq agences romandes de communication ».

Un magazine connecté !

Après une révélation progressive sur 6 jours, PointComm a été lancé dans son entièreté le 27 avril sur Facebook. Les plus chanceux ont pu acquérir une version print du magazine lors du Medi@LAB-Digicom Day qui s’est tenu dans le hall d’Uni-Mail. C’était également l’occasion pour les rédactrices de rencontrer leur nouveau lectorat et d’échanger quelques anecdotes de production.

Vous désirez lire et découvrir le e-magazine PointComm, téléchargez-le gratuitement ici : MagazinePointComm !

Couverture PointComm

Partie 2/4: Le banquier de la presse sur Médialogues (RTS)

Écrit par admin. Publié dans Aucune catégorie, Medias, Medias sociaux, Métiers de la communication, Travaux étudiants

Jean-Clément Texier est le président de Ringier France, administrateur du quotidien Le Temps, spécialiste reconnu de l’économie des médias. A ce titre, il a été décoré récemment par la Ministre française de l’éducation nationale. Il est aussi professeur à l’Académie du journalisme à l’Université de Neuchâtel, mais aussi à Marseille et à Paris. Hier journaliste, aujourd’hui homme d’affaires (J.C.T) fait figure d’expert incontournable pour les étudiants du Master de Communication et Journalisme. Raison pour laquelle, nous vous proposons de revenir sur une interview qu’il a accordée le samedi 2 mai dernier, dans les studios de la RTS, au micro de Thierry Fischer pour l’émission Médialogues.

http://polemiquevictor.blogspot.ch/2014/02/largent-des-medias-par-jean-clement.html

http://polemiquevictor.blogspot.ch/2014/02/largent-des-medias-par-jean-clement.html

Médialogues: Culturellement, le journalisme professionnel va être confronté à un mode de publication différent pour ses articles. C’est la formule du « web first »: on va servir le numérique en premier lieu. Et ce qui change pour le consommateur c’est qu’il va quasiment saisir en temps réel ce qu’écrit le journaliste. C’est nouveau pour le journaliste de l’écrit!

J.C.T: Aujourd’hui on est online, et c’est vrai que dans nos métiers, on avait des calendriers: on était un quotidien, on était un hebdomadaire, etc. et c’est vrai qu’on était parfois dans le temps long. Les news magazines faisaient leur cover story en 48 heures. Puis, ils ont été confrontés au fait qu’ils ne pouvaient pas être absents du web. Donc, avec des moyens soudain trop faibles, ils ont eu affaire à une production qui n’était même pas quotidienne mais qui était presque minute par minute, instantanée. A partir de là, ils ont fait quasiment de la radio ou de la télévision d’information, en temps réel. Ce changement de temporalité pose des particulièrement problème dans l’hexagone français – d’où je viens – on l’on travaille, au mieux, un jour sur deux. Pour être constamment présents, même de nuit, on est parfois obligés de déléguer à des équipes sur les côtes Ouest ou Est américaines pour assurer cette présence. Donc, il y a une révolution temporelle.

 

Médialogues: Jean-Clément Texier, vous êtes très convaincu de ce que vous dites. Néanmoins, le pari du numérique n’est pas aussi certain que vous voulez le faire croire.

Les métiers du journalisme et de la communication et leurs mutations à l’ère du numérique

Écrit par admin. Publié dans Intervenants, Métiers de la communication

 

Les médias à l'ère numérique

Les Universités de Genève et de Neuchâtel se sont réunies lundi 23 mars pour célébrer le nouveau pôle romand en journalisme et communication. Lors de la conférence exceptionnelle, Eric Scherer, Directeur de futurs médias chez France télévisions et Jean-Clément Texier, Directeur de Ringier France, sont venus livrer leur expertise. Tous réfléchissent aux enjeux du numérique dans les médias.

 Par Karen Pelletier et Elodie Berthet

Les enjeux de la transformation numérique

Eric Scherer identifie les enjeux fondamentaux de la transformation numérique. Parmi eux ressort l’information omniprésente concomitante à la révolution du mobile. Chaque utilisateur peut sélectionner l’information, la consommer quand il veut et où il veut. Le mobile s’associe d’une nouvelle forme de consommation de l’information sociale. « L’audience ne va plus directement sur la Une des journaux mais est orientée par les réseaux sociaux », explique Eric Scherer. Le journaliste doit savoir adapter le contenu ainsi que la forme d’écriture au support de diffusion. Le format emblématique du journalisme numérique est la vidéo d’une durée de plus en plus courte. Dans ce contexte, les journaux peinent à monétiser leurs contenus. D’après Eric Scherer, « énormément de choses sont encore à inventer en terme de business model ». Selon lui, « la culture d’innovation est ce qui manque aux médias traditionnels ».

Les 3 défis : agilité, talent et courage

Eric Scherer résume les défis des médias traditionnels par trois points : « L’agilité, la capacité à recruter de nouveaux talents et le courage d’expérimenter ». Pour Eric Scherer et Jean-Clément Texier, cette profonde mutation des médias, qui oblige les journalistes à se réinventer, ne s’accompagne en aucun cas d’une perte d’intérêt pour la profession. Jean-Clément Texier explique cela par la citation métaphorique de l’ancien directeur de l’AFP : « Quand je prend l’avion je préfère quand même un pilote professionnel qu’un pilote citoyen ».