La créativité à l’honneur au Salon du Livre à Genève

Écrit par admin. Publié dans Actualité, Aucune catégorie

Cette année le 29ème Salon du Livre accueille un nouvel espace dédié à la pensée et à la création : la Fabrique.

IMG_1807

Le 29ème Salon du Livre a accueilli cette année un nouvel espace de création : La Fabrique. Composé de cinq containers, ce lieu a pour but de stimuler la pensée et la création sous forme d’ateliers et de performances. L’espace a été créé par Happy CityLab, qui nous prépare également Ciné Transat tous les étés à Genève.

Le premier container se nomme « Une histoire en 6 mots ». Inspiré par Ernest Hemingway, adepte de micro-littérature, cet espace invite donc à raconter une histoire en n’utilisant que six petits mots. Post-it et feutres sont à disposition pour composer son mini-roman. On a pu découvrir des histoires comme « Elle naît, elle vit, elle meure » ou encore « A vendre ; chaussures bébé, jamais portées » de Hemingway.

Le container « le plus beau jour de ma vie » parle de lui-même, proposant de narrer le plus beau jour de notre vie, passé ou à venir. Ainsi on peut se perdre dans les feuilles accrochées au mur du container racontant « le jour où on est allé à Europa-Park » ou « le jour où on s’est mariés »… Un container plus « connecté » que les autres nous permet d’imprimer un selfie pris grâce à la webcam à la Fabrique. La consigne nous invite à y ajouter une courte autobiographie dessous. Les duck-face et autres grimaces qui s’y trouvent sont alors un régal pour les yeux. « Le côté sombre » nous propose de raconter un défaut, une anecdote inavouable, un mensonge, un secret. Les tranches de vies de ce confessionnal resteront donc secrètes. Le dernier container nous propose de lister les 10 livres qui ont marqués notre vie, et ce n’est pas si simple… Le peu de post-it collés aux murs montrent bien la difficulté de l’exercice.

Le mur extérieur d’un des containers est dédié à la poésie magnétique. Des verbes, des noms, des pronoms inscrits sur des plaquettes aimantées permettent d’écrire les phrases que l’on veut.

salon

Une sorte de petit aquarium avec écran géant permet de voir un écrivain finir son livre. On peut observer la façon dont il écrit puisque l’écran en question est un duplicata de son propre écran d’ordinateur. L’exercice qui peut s’avérer difficile pour les auteurs pudiques est en revanche très agréable à regarder. Une piscine à boules est également disponible. Bien que celle-ci face référence à notre enfance, elle a pour vocation d’être un lieu de détente, un peu régressif qui permet de lire au calme.

L’ensemble de ce lieu est une réelle expérience face à l’écriture et la pensée littéraire, espérons que le salon renouvelle sa présence pour l’édition 2016.