Nicole Lamon, un métier à l’ombre du pouvoir politique.

Écrit par admin. Publié dans Conférence, Intervenants

Le 18 mars à Uni Mail, Medi@LAB a accueilli Madame Nicole Lamon, Cheffe de communication du Département fédéral de l’intérieur.

3532406

 

La vie d’une communicante

Originaire de Lens en Valais et licenciée en Lettres de l’Université de Lausanne, Madame Lamon a débuté dans une radio régionale, RhôneFM. Elle entre ensuite à la Radio Suisse Romande et devient journaliste politique à Berne. Elle gravit les échelons jusqu’à devenir cheffe de la rubrique Politique de la RTS. Appelée par Alain Berset, Conseiller fédéral, elle occupe depuis trois ans le poste de Cheffe de communication du Département fédéral de l’intérieur.

Faire le travail de communication pour un conseiller fédéral, ce n’est pas facile. La communication « c’est un peu le bouc émissaire idéal ». Chaque fois qu’il y a une erreur politique dans le monde, on entend dire que la communication est à la base du problème. Le communicant politique est à la fois proche d’un gouvernement ou de personnes politiques et des médias.

Les deux qualités principales du communicant politique :

  • La bonne connaissance des médias.
  • Connaître les grands enjeux du monde politique.

Il n’y a pas de formule magique pour être un bon communicant politique. Cela ne s’étudie pas dans les universités; le métier s’apprend sur le tas. La veille numérique ajoute une dimension. On est au début du monitoring.

Quelques chiffres pour finir, un conseiller fédéral travaille 70 heures de travail par semaine, fait 25 conférences par année, 50 interviews, et plus de 100 discours.